Vous êtes ici

1ère Conférence ministérielle de l'UpM sur l'Environnement et le Changement climatique

ministerielle_env_climat.jpg
© Le Nouvel Observateur
13/05/2014
Une première Conférence ministérielle de l’Union pour la Méditerranée (UpM) consacrée à l’Environnement et au Changement climatique s’est tenue à Athènes le 13 mai 2014. Elle avait pour objectif de définir les orientations stratégiques futures visant à réduire la pollution et à favoriser l’utilisation efficace des ressources. Une vingtaine de ministres et Secrétaires d’Etat en charge de l’Environnement et du Changement climatique des pays de la région étaient présents. La délégation française a été conduite par le Délégué interministériel à la Méditerranée, M. Serge TELLE.

La Ministérielle était co-présidée par Al SHAKHSHIR, Ministre jordanien de l’Environnement, et Janez POTOCNIK, Commissaire européen en charge de l’Environnement. Les principaux sujets évoqués ont été l’Initiative Horizon 2020 pour la dépollution de la mer Méditerranée, le Changement climatique et la Consommation et production durables. Les représentants ont affirmé l’urgence de répondre aux défis environnementaux et climatiques auxquels la région se trouve confrontée et les actions concrètes à mettre en œuvre ont été définies dans la Déclaration adoptée à l’issue de la Conférence.  
 
Favoriser des économies et environnements durables par une coopération renforcée entre les pays de la région
 
La dimension intersectorielle des problèmes liés à l’environnement et au changement climatique a été mise en avant par les représentants politiques ainsi que l’importance de stimuler la croissance et la création d’emplois tout en garantissant une meilleure qualité de vie et un avenir durable. Le Secrétaire général de l’UpM, Fathallah SIJILMASSI, a déclaré que « la croissance économique durable et à long terme réside aussi sans aucun doute dans la capacité de la région à être le champion des questions environnementales. Nous devons engranger des succès dans ce domaine, en continuant à identifier des mesures et des actions concrètes, d’abord avec les gouvernements, mais aussi avec le secteur privé et tous les acteurs concernés. Nous devons en effet renforcer nos efforts de coopération régionale afin de nous rapprocher de résultats concrets ».
 
Le Délégué interministériel à la Méditerranée a, quant à lui, fait le constat que « le changement climatique aggravera les difficultés de nos pays à se développer durablement, en affectant tous les domaines socio-économiques, de l’agriculture à la production d’énergie en passant par nos façons de transiter. Il va forcer à repenser les zones habitables et notamment le développement urbain. ». Il a souligné l’importance de renforcer la coopération entre les pays de la région euro-méditerranéenne, et singulièrement, dans le cadre de l’UpM. L’enjeu est à la fois « de saisir les opportunités que la transition énergétique et l’adaptation au changement climatique représentent, mais aussi de soutenir les zones et les pays les plus vulnérables ».
 
Des mesures concrètes pour réduire l’impact du changement climatique sur la région méditerranéenne
 
Les ministres ont convenu du lancement de la seconde phase de l’Initiative Horizon 2020 pour la dépollution de la mer Méditerranée, dans laquelle le Secrétariat de l’UpM s’impliquera activement. Ils ont, par ailleurs, salué l’adoption du Programme-cadre décennal sur les modèles de consommation et de production durables (CPD) par les chefs d’Etats lors de la Conférence Rio +20 de 2012. Ils ont vivement appuyé les efforts de collaboration de l’Union européenne et du Secrétariat de l’UpM concernant l’exécution du programme « SWITCH-Med » et du projet « Med ReSCP » qui vise à promouvoir l’adoption de modèles de CPD post Rio+20 et en particulier l’utilisation rationnelle des ressources dans la région méditerranéenne.
 
Création d’un Groupe d’experts de l’UpM sur le Changement climatique
 
Les ministres ont convenu de la mise en place d’un Groupe d’experts sur le changement climatique dans l’objectif de faire avancer la réflexion sur les actions prioritaires dans ce domaine et d’accélérer la mise en œuvre de projets concrets. Ce groupe se réunira une fois par an. La première réunion est prévue pour le mois d’octobre 2014.
 
M. TELLE a souligné que la création de ce Groupe d’experts « Méditerranée/Climat » représente une avancée méthodologique importante. Il permet, d’une part, de « rassembler toutes les initiatives existantes et les traduire en projets concrets et en politiques publiques » et, d’autre part, de « faire émerger une région Méditerranée sur la question du climat. Cette forme de concertation pourrait s’avérer utile, même si les pays riverains continueront à relever de groupes géographiques différents lorsqu’il s’agira de négocier le droit international ».
 
En outre, les ministres ont invité les experts et les fonctionnaires de haut rang à se rencontrer au moins deux fois par an et en synergie avec d’autres rencontres régionales dédiées aux questions relatives à l’Environnement ou au Climat. Ce Groupe de travail de l’UpM donnera suite à la Déclaration ministérielle adoptée et sera chargé d’évaluer les progrès réalisés.
 
L’appui à la Conférence de Paris en 2015
 
Le segment sur le changement climatique de cette Conférence ministérielle a été relativement substantiel et pointe comme horizon la Conférence des parties à la Convention cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques qui aura lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris (Cop 21) et pour laquelle de fortes attentes ont été exprimées. L’appui à la Conférence de Paris de 2015 a été rappelé dans la Déclaration conjointe adoptée. M. TELLE a, par ailleurs, affirmé que la France soutenait « l’idée d’un « agenda positif » qui regroupe toutes les initiatives et projets pour une mobilisation politique et une action immédiate en faveur du climat par les acteurs concernés : Etats, collectivités et entreprises ».
 

- Multi-pays -
Date de mise à jour : 21/08/2014