Vous êtes ici

1ère réunion du groupe d’experts de l’UpM en charge du changement climatique

c_upm_changement_climatique.jpg
©Secrétariat de l’Union pour la Méditerranée
13/10/2014
Résultat direct de la première Conférence ministérielle de l’Union pour la Méditerranée consacrée à l’Environnement et au Changement climatique (Athènes, le 13 mai 2014), un groupe d’experts euro-méditerranéen sur le changement climatique s’est réuni pour la première fois 13 et 14 octobre à Barcelone.

Premier résultat tangible de la Conférence ministérielle de mai 2014 sur le Climat
 
Les ministres en charge de l’Environnement et du Climat s’étaient accordés, lors de la Conférence ministérielle de l’Union pour la Méditerranéen (UpM) du 13 mai 2014 à Athènes (Grèce), sur la nécessité de créer un groupe d’experts de l’UpM sur les questions de changement climatique.
 
Ils se sont réunis pour la première fois les 13 et 14 octobre 2014, dans les locaux du Secrétariat général de l’UpM à Barcelone. Pilotée par la Commission européenne et la Jordanie, co-présidents en exercice de l’UpM, et avec l’appui du Secrétariat général, cette réunion a rassemblé une quarantaine de participants représentant les pays membres de l’UpM et des initiatives, projets ou organisations œuvrant dans le champ du climatique.
 
Avancées sur la question du climat
 
Les travaux ont permis de rappeler l’exposition particulière de l’espace méditerranéen au risque climatique et, en conséquence,  les défis considérables qu’auront à relever les pays concernés au regard du changement climatique attendu. Ils ont, également, été l’occasion d’examiner le mandat du groupe tel que dessiné lors de la Réunion ministérielle d’Athènes et qui consiste, pour l’essentiel, à favoriser le partage de connaissances sur le changement climatique entre pays membres de l’UpM, débattre des priorités d’action en matière d’adaptation au changement climatique et  d’atténuation, promouvoir des initiatives et projets concrets  à même de soutenir un développement sobre en carbone et résilient au changement climatique et enfin de soutenir les efforts des acteurs de la société civile et des gouvernements pour lutter contre le changement climatique.
 
Les trois principaux axes de travail qui ont émergé des échanges concernent : la connaissance scientifique et les scenarios climatiques pour la méditerranée, les programmes et projets  de nature à favoriser un développement sobre en carbone et résilient au changement climatique, la prise en compte des questions climatiques et le financement des actions.
 
Un programme de travail portant sur 2014-2015 et mettant, dans la perspective de la COP 21 de Paris, l’accent sur l’accompagnement des pays dans l’élaboration de leurs « Intended Nationally Determined Contributions (INDC) à finaliser pour la fin du premier trimestre 2015, a , in fine, été adopté.

Grèce
Date de mise à jour : 27/10/2014