Vous êtes ici

3ème Conférence algéro-française de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

deplacement-en-algerie_web_295128.54.jpg
© Ambassade de France en Algérie
28/01/2014
Sous le thème « De la coopération bilatérale à l'internalisation de l'enseignement supérieur et de la recherche », Geneviève FIORASO, ministre française de l'Enseignement supérieur, s’est rendue à Alger, les 20 et 21 janvier 2014, pour co-présider, avec son homologue algérien, la 3ème Conférence algéro-française de l’Enseignement supérieur, afin de renforcer le partenariat « d’égal à égal » entre les deux pays, dans les secteurs stratégiques de la formation et de la recherche.

Renforcer la dynamique de coopération franco-algérienne dans des domaines qui fondent l’avenir des deux pays
 
Avec la participation de la Délégation interministérielle à la Méditerranée, d'un grand nombre d'experts, de présidents d’universités, d’écoles supérieures françaises, de membres de l’Agence universitaire de la francophonie, de l’Association France-Algérie et d’entreprises françaises, cette rencontre fut l’occasion d’approfondir le débat sur l’impact des programmes de coopération bilatérale en cours et sur leur rôle dans l’ouverture à l’international de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
 
Mohamed MEBARKI, ministre algérien de l’Enseignement supérieur, a souligné que « cette 3ème conférence  intervient à un moment fort dans l'évolution des relations entre nos deux pays, relations qui ont connu, ces dernières années d'intenses activités, et qui ont culminé avec la signature le 19 décembre 2012 de la déclaration d'Alger sur l'amitié et la coopération entre l'Algérie et la France, et du document cadre de partenariat (2013-2017), dans lequel nos plus hautes autorités  ont convenu de définir les grandes orientations de notre coopération sur les cinq années à venir ». Il a réaffirmé la volonté des deux pays « de maintenir et de consolider ces relations, par la mise en place d'un partenariat encore plus renforcé, fondé sur des intérêts réciproques et mutuellement avantageux ».
 
De son coté, Madame FIORASO a insisté sur « l’importance de la coopération bilatérale qui doit (…) se renforcer et s’ouvrir. Cela servira l’avenir, mais aussi l’employabilité des jeunes générations de nos pays. » Elle a, en outre, ajouté que « la France y consacre son premier budget de coopération universitaire et de recherche à l’international : près de trois millions d’euros, avec un succès certain. Plus de 700 conventions lient nos établissements d’Enseignement supérieur et de Recherche : la France est le premier partenaire des publications scientifiques de l’Algérie. »
 
Des résultats concrets : signature de plusieurs accords de coopération dans le domaine de l’Enseignement supérieur 
 
Liste des accords signés :

  • Un Protocole d’accord bilatéral a été signé  par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed MEBARKI, côté algérien, et par Madame FIORASO et Monsieur Jean-Louis LEVET, Haut responsable à la Coopération technologique et industrielle franco-algérienne, à la Délégation interministérielle à la Méditerranée, côté français. En vertu de cet accord, un groupe de travail sera chargé de « définir les modalités de discussion pour mettre en place un comité mixte ayant pour mission d’identifier les activités de formation et de recherche dans le domaine du développement et de la prise en charge des cours sur la modélisation, la simulation et le calcul intensif ».
  • Un Accord de coopération a été signé entre la direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique et l’agence française d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES-France). Cet accord prévoit « le développement des actions de coopération dans le domaine de l’évaluation des entités de recherche en Algérie et en France, l’élaboration d’un programme d’échange ou de formation de personnel scientifique et administratif et l’organisation d’évènements, afin de promouvoir le débat d’idées, l’échange de bonnes pratiques et la réflexion sur le processus d’évaluation de la recherche. »
  • Une Convention-cadre entre l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique (ANVREDET) et la banque publique d’investissement française (BPI), dans le but de doter les deux institutions d’un cadre approprié pour leur coopération future dans la gestion, l’optimisation et l’évaluation des projets innovants.
  • Un Protocole de coopération entre la DGRSDT et la MINATEC du Commissariat de l’Énergie Atomique (CEA) de Grenoble, dans le domaine des nanotechnologies.
  • Reste à signaler la signature d’une Déclaration d’intention entre l’université d’Oran et le centre national de recherche scientifique français (CNRS) « pour mettre en détachement de chercheurs du CNRS au niveau de l’université d’Oran dans le domaine de la physique et l’accompagnement de l’institut national de physique du CNRS, pour la réalisation d’un centre de recherche en physique expérimentale à Oran ».

 

- Multi-pays -
Date de mise à jour : 23/05/2014