Vous êtes ici

La DiMed reçoit des journalistes tunisiennes pour échanger sur les projets franco-tunisiens

site_2.jpg
© DiMed
05/02/2014
Michèle GENDREAU-MASSALOUX, Responsable Enseignement supérieur, Recherche, Formation et Culture, Antoine-Tristan MOCILNIKAR, Responsable Énergie, Infrastructures et Numérique, et Elodie SERVENT, Adjointe Numérique et Égalité femmes-hommes, ont reçu, le 28 janvier 2014 dans les locaux de la DiMed, des journalistes tunisiennes, dans le cadre d'une rencontre avec la presse.

La DiMed a reçu quatre journalistes tunisiennes :

  • Mme Nadia CHAAMBI, Oxygène FM.
  • Mme Saida JLASSI, Sabra FM.
  • Mme Houda KECHAOU, Radio Sfax.
  • Mme Mouna LABBAOUI, Tunisie Bondy Blog.

 
Antoine-Tristan MOCILNIKAR a introduit les échanges par une présentation de la Délégation interministérielle à la Méditerranée (DiMed). A l’origine, il y a  la volonté de François HOLLANDE, Président de la République, de faire converger les sociétés du Nord et du Sud de la Méditerranée. Pour matérialiser cette volonté politique, le Président de la République a souhaité la création d’un outil de coordination : la DiMed. Cet instrument est chargé de coordonner les actions et les initiatives des administrations françaises en direction de la rive Sud de la Méditerranée.
 
Optimiste sur l’avenir de la Tunisie, M. MOCILNIKAR a indiqué que beaucoup de projets sont en plein développement. Un premier projet, financé par la Commission européenne, portait sur l’amélioration de la qualité de service dans le port de Radès.
 
Sur l’énergie, la France soutien toutes les initiatives de centrales thermiques à gaz. Il y a, en outre, le projet « Medgrid », grand projet multilatéral entre la plupart des pays de la Méditerranée occidentale ayant pour objet de construire un courant continu sous-marin.  Ce projet montre que la Tunisie est un acteur central de la liaison entre le Maghreb et l’Europe centrale.
 
De son coté, Michèle GENDREAU-MASSALOUX a indiqué qu’un 5+5 sur l’Education et la Formation professionnelle est envisageable, en 2014, avec le nouveau ministre tunisien de l’Education et le ministre français de l'Education nationale, Vincent PEILLON.
 
Madame GENDREAU-MASSALOUX a également présenté le dispositif numérique « eTwining » permettant le jumelage d’écoles, de collèges et de lycées.
 
Enfin, Elodie SERVENT a présenté le projet de la Fondation des Femmes de l’Euro-Méditerranée (FFEM), qui est en train de se constituer sous forme de fondation de droit espagnol, avec un directoire multi- pays dont le Centre des femmes arabes pour la formation et la recherche (CAWTAR), basé en Tunisie.
 
La FFEM est un projet qui vise à rassembler et fédérer les acteurs et les actions menés dans le domaine de l’égalité dans les pays de l’Euro-Méditerranée, via :

  • Son Observatoire qui recense, analyse et diffuse les documents et les bonnes pratiques sur les questions d’égalité femmes-hommes, il émet des propositions.
  • Son Réseau universitaire et scientifique euro-méditerranéen sur les femmes et le genre valorisant les travaux des chercheurs sur le genre et les rapports hommes-femmes.
  • Sa plateforme Internet trilingue (français, anglais et arabe) qui sera un véritable réseau social de l’égalité en Euro-Méditerranée, elle crée et fait vivre le réseau euro-méditerranéen des associations féministes et de femmes.
  • Sa Banque de projets de terrain faisant le lien entre le savoir et l’action de terrain.

 
Mme SERVENT a, en outre, présenté l’Alliance numérique franco-tunisienne (ANFT), considérée comme un moyen de co-développement pour la France et la Tunisie.
 
Les échanges qui ont suivi la présentation des projets ont permis aux responsables de pôles de répondre à quelques questions sur, par exemple, le GPS tunisien et le numérique dans la lutte contre la fraude électrique.
 

- Multi-pays -
Date de mise à jour : 14/02/2014