Vous êtes ici

Séminaire international Sciences et Technologies à Membranes : « Energies renouvelables et traitement de l’eau »

station_kenitra.jpg
© Info-Express Maroc
15/04/2014
Le Séminaire international Sciences et Technologies à Membranes s’est tenu les 15 et 16 avril 2014 à Casablanca, au Maroc, sur le thème « Energies renouvelables et traitement de l’eau : Etat actuel et perspectives ». Il s’est clôturé le 17 avril 2014 par l'inauguration, à Kénitra, au Maroc, d'une station alimentée par énergie renouvelable pour fournir de l'eau potable aux 1200 élèves du lycée de Sidi Taïbi. L’événement a été co-organisé par la Société Marocaine des Membranes et de Dessalement (SMMD), la Chaire UNESCO SIMEV de Montpellier et l'African Membrane Society basée à Bamako, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la Méditerranée. Il a constitué une réussite sur les plans scientifique, technique et humain.

Le séminaire a rassemblé plus d’une centaine d’acteurs publics et privés provenant d’une vingtaine de pays africains et européens. L’exploitation des énergies renouvelables dans les pays de la zone méditerranéenne et de l'Afrique subsaharienne ainsi que l’utilisation de ces énergies dans le traitement des eaux ont été exposées. Par ailleurs, trois grands thèmes ont été développés : les énergies renouvelables et le partenariat dans le domaine de l'eau, les perspectives universitaires et industrielles sur la science de l'eau dans les pays du Sud et le renforcement du partenariat Académie-Industrie. Ces thématiques ont été abordées dans un esprit d’échanges favorable aux collaborations et aux actions concrètes sur le terrain.
 
Approvisionnement en eau et production d’énergie : trouver des solutions durables
 
L'eau et l'énergie sont essentielles au développement socio-économique de la planète. Répondre à une demande sans cesse croissante en eau exige un effort à la fois pour améliorer la qualité mais aussi la quantité d'eau disponible. Lors de la Journée mondiale de l'eau du 22 mars 2014, qui a porté sur l'eau et l'énergie, il a été rappelé que ces deux secteurs sont étroitement liés et interdépendants. La production et la transmission de l'énergie hydroélectrique, nucléaire et thermique nécessitent l'utilisation de ressources en eau. Inversement, environ 8% de l'énergie globale générée est utilisée pour le pompage, le traitement et le transport de l'eau pour les usagers.
 
Les experts présents au séminaire ont fait remarquer que les techniques de traitement de l’eau telles que transférer l'eau, la rendre potable, épurer les eaux usées ou dessaler l'eau de mer demandent de l'énergie actuellement produite, pour l'essentiel, à partir de combustibles fossiles dont l'abondance diminue. Certaines régions manquent de cette énergie pour permettre à la population d'avoir un accès durable à l'eau. Les énergies renouvelables, issues de l'énergie solaire ou de l'éolien, apparaissent donc comme des solutions durables, tant au niveau de l'approvisionnement en eau que de la production d'énergie. L’interaction établie, au cours de ces journées de séminaire, entre traitement de l'eau et énergie renouvelable a contribué à donner tout son sens au développement durable.
 
Inauguration d’une station modèle de dessalement d’eau et de dénitratation à Sidi Taïbi, dans la province de Kénitra
 
A l’issue des deux journées du séminaire, une station modèle de traitement d’eau et de dénitratation par l’utilisation des techniques membranaires, couplées à l’énergie photovoltaïque et à l’énergie éolienne, a été inaugurée au lycée Al Annouar dans la commune rurale de Sidi Taïbi, dans la province de Kénitra au Maroc. Cette inauguration s’est faite en présence de plus de 300 personnes, avec des personnalités nationales et internationales et notamment des représentants du gouvernement marocain, de l’UNESCO et de l’Académie Hassan II.
 
Ce projet de station modèle est le premier de son genre en Afrique et constitue une expérience pilote à l’échelle mondiale. Il est le fruit d’un partenariat entre un consortium d’industriels franco-allemands, en collaboration avec la Chaire UNESCO SIMEV, l’Université Ibn Tofail de Kénitra et la Société marocaine des membranes et de dessalement (SMMD). Le projet a obtenu le soutien financier de la Fondation Crédit Agricole solidarité et développement, de la Société SMA (Onduleurs) et de la Région Languedoc-Roussillon (France).
 
L’objectif principal de cette unité de dessalement est de produire, par couplage de l’éolien et du solaire, une quantité d’électricité suffisante pour les besoins quotidiens du lycée et pour le fonctionnement de l’unité membranaire de traitement d’eau. L’unité a été dimensionnée pour faire profiter la population avoisinante des surplus d’énergie et d’eau produites. Les technologies utilisées sont des technologies récentes et innovantes par rapport à ce qui existe sur le marché.
 
Le ministre marocain de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen DAOUDI, qui a présidé l’inauguration de cette station, a souligné que ce projet qui répond aux besoins de la population locale est un modèle à suivre. Le gouverneur de la province de Kénitra, Zineb El ADAOUI, a, pour sa part, affirmé que cette nouvelle station représente un jalon supplémentaire en matière de renforcement et de soutien au développement écologique intégré. En outre, il a été noté que le projet constituera une excellente plateforme de recherche et de formation dans les domaines du traitement de l’eau et de la production d’énergie renouvelable.

- Multi-pays -
Date de mise à jour : 06/05/2014