Vous êtes ici

Conférence internationale de l’UpM « Autonomisation socio-économique des femmes : le progrès par les projets »

actu_conference_femmes_upm_-_26_mars_2014.jpg
© DiMed
26/03/2014
Le Secrétariat de l'Union pour la Méditerranée (UpM) a organisé, les 26 et 27 mars 2014, au siège du Secrétariat à Barcelone, une Conférence internationale sur l’autonomisation des femmes, afin notamment d’identifier des pistes de financement pour les projets validés lors de la Conférence ministérielle UpM sur le Renforcement du rôle des femmes dans la société de septembre 2013.

Les Conclusions de la 3ème Conférence ministérielle UpM sur le Renforcement du rôle des femmes dans la société du 12 septembre 2013 encourageaient le Secrétariat « à identifier et faciliter le développement, le lancement et le financement de projets ». Dans cette perspective, le Secrétariat a organisé une Conférence de haut niveau les 26 et 27 mars derniers.
 
Le succès d’un nouveau processus de travail de l’Union pour la Méditerranée
 
Cette Conférence internationale inaugurait un nouveau processus de travail de l’Union pour la Méditerranée : faisant suite à la Conférence des ministres, elle en assurait le suivi opérationnel, quelques mois après. Bâtie sur une approche combinant les perspectives politique et opérationnelle, elle a favorisé la mise en œuvre de projets et d’initiatives dans le domaine de l’égalité femmes-hommes par la mise en contact et l’échange d’expériences entre d’importants bailleurs de fonds internationaux et nationaux publics et privés et des promoteurs de projets concrets en faveur de l’autonomisation des femmes en Euro-Méditerranée.
 
L’événement a rassemblé plus de 200 participants issus de 35 pays du Nord et du Sud de la Méditerranée et du monde, dont des représentants de gouvernements, d’agences de développement et d’organisations internationales actives dans le domaine de l’égalité femmes hommes, d’organismes internationaux et régionaux de financement, publics et privés - notamment ONU Femmes, de la Commission européenne et des Agences de coopération européennes, de think-tanks et de centres universitaires, du secteur privé et de la société civile, ainsi que des promoteurs de projets. La Conférence a ainsi été marquée par une approche régionale et multi-acteurs avec une forte participation des représentants du Sud et un fort engagement des acteurs du changement en faveur des femmes.
 
La Conférence a lancé un procédé dynamique dans lequel le Secrétariat de l’UpM joue un rôle à la fois d’impulsion de projets régionaux en Méditerranée et de plateforme d’échanges entre les acteurs des 43 pays membres de l’UpM pour la création de synergies et de partenariats.
 
Créer une dynamique pour l'émancipation socio-économique et le renforcement du rôle des femmes dans la région Euro-Méditerranée
 
Les participants ont reconnu le rôle majeur que les femmes ont à jouer pour construire des sociétés socialement stables et économiquement prospères, faisant ainsi de la question de l’égalité femmes-hommes une priorité du développement économique des pays de la Méditerranée. Pourtant, selon le Secrétariat Général de l’UpM, seules 25% des femmes méditerranéennes ont actuellement un travail rémunéré.
 
Mme Najat VALLAUD-BELKACEM, ministre française des Droits des femmes, a, en particulier, soutenu, dans une allocution enregistrée engagée, la défense des droits des femmes à disposer de leur corps. Elle a, en outre, appelé au financement des initiatives retenues lors de la ministérielle Femmes du 12 septembre 2013.
 
Trois projets Femmes soutenus par la France et mis à l’honneur lors de la Conférence
 
Mme Delphine BORIONE, Secrétaire Générale Adjointe pour les Affaires sociales et civiles de l’UpM, a indiqué que, sur une centaine de projets en cours, 25 étaient dédiés à la question de l’égalité femmes-hommes et à l’autonomisation des femmes. Elle a notamment réaffirmé l’importance des projets labellisés par l’UpM.
 
La Délégation française, représentée en partie par la DiMed, a présenté et porté les trois projets soutenus par la France, et notamment par la ministre française des Droits des femmes, et co-élaborés avec les autres pays euro-méditerranéens :

  • Développer l’autonomisation des femmes,  projet qui a été labellisé par l’UpM en décembre 2011 et qui est porté par la Fondation des Femmes de l’Euro-Méditerranée (FFEM). Le projet a été présenté par Mme Fouzia ASSOULI, Présidente de la FFEM, lors d’une table ronde consacrée aux projets labellisés.

La Fondation des Femmes de l’Euro-Méditerranée a été présentée et citée dans les plénières comme dans les ateliers comme le chaînon manquant, l’acteur transversal assurant la fonction de plateforme de mise en synergie des forces. En effet, les débats sont souvent revenus sur la nécessité de mutualiser les expériences et d’échanger les « bonnes pratiques ». Mme Soukeina BOURAOUI, Directrice exécutive du Centre de recherches pour les femmes (CAWTAR) a, lors de son intervention, plaidé en faveur de ces échanges qui favorisent la mutualisation des efforts. Mme Delphine BORIONE comme les acteurs de la société civile et du secteur privé ont insisté sur la nécessité de développer les échanges de bonnes pratiques, la mise en synergie des projets et la mise en réseau des acteurs de l’égalité. Enfin, l’importance de la recherche, cruciale pour étayer les politiques publiques, ainsi que des outils formations et de mentoring a été mise en exergue, notamment par Katarina BLOMQVIST du Centre Danois pour la recherche sur les femmes et le Genre (KVINFO).

  • Mixité et Gouvernance. Ce projet a pour objectif de renforcer la mixité dans la haute administration publique des pays de l’UpM en abordant le sujet sous l’angle de la parité dans les hautes sphères de décision, mais également sous l’angle de l’intégration du genre dans les politiques publiques.
  • Femmes d’avenir de l’Euro-Méditerranée. Ce projet a notamment été mentionné par Mme VALLAUD-BELKACEM, au cours de son intervention préenregistrée, qui a exprimé son souhait de le voir mis en œuvre et a lancé un appel aux bailleurs de fonds présents. Le projet vise à former des femmes à haut potentiel de l’Euro-Méditerranée au « leadership au féminin » afin que ces femmes deviennent non seulement capables de diriger des structures mais également des actrices de l’égalité, rôles-modèles grâce au renforcement de leurs capacités et compétences professionnelles et personnelles.

Les thèmes couverts (notamment l’autonomisation socio-économique et l’accès des femmes aux postes à responsabilité) et les approches intégrées (approche globale et multi-acteurs) promues par ces différents projets ont été reconnus comme majeurs. Leila RHIWI d’ONU Femmes Maghreb a insisté sur le fait qu’une approche multisectorielle était nécessaire en raison de l’enchevêtrement des discriminations dont les femmes sont victimes.
 
Mme Nathalie PILHES, Secrétaire générale de la DiMed, est intervenue lors de la table ronde sur « L’artisanat et l’amélioration de la chaîne de valeur » pour présenter des pistes permettant de fédérer les différents projets présentés sur l’artisanat féminin méditerranéen. Au cours de la table ronde, de nombreux acteurs tels que Shirabe YAMADA, de l’association Sunbula en Palestine, ont insisté sur le besoin de « facilitateurs », d’intermédiaires capables de faire le lien entre les producteurs, les associations et le marché, mais également capables de faciliter les échanges de savoir-faire et de produits entre les deux rives de la Méditerranée. L’échange interactif de la table ronde a ainsi débouché sur une proposition concrète : la possibilité de présenter les différentes initiatives d’artisanat sur la future plateforme Internet de la Fondation des Femmes de l’Euro-Méditerranée.
 
Un cadre pérenne en faveur d’une optimisation des initiatives en matière d’égalité femmes-hommes
 
Outre la présentation de projets stratégiques pour le secteur, la Conférence a également vu la signature d’accords institutionnels et financiers. En effet, Le Secrétariat de l’UpM a signé deux accords de financement avec le Ministère royal norvégien des Affaires étrangères et  le Département d’Affaires étrangères flamand pour un montant d’environ 1 Million d’euro. Cette contribution couvrira les projets et initiatives menés par le Secrétariat de l’UpM dans le domaine de la promotion du rôle de la femme. Un accord a également été signé avec l’Organisation International du Travail (OIT) pour travailler ensemble dans le domaine de l’autonomisation des femmes et un accord de collaboration avec l’ONU Femmes devrait être finalisé rapidement.
 
Mme Delphine BORIONE a annoncé la réalisation d’une cartographie des acteurs clés de l’égalité, ainsi que la tenue d’une seconde Conférence de suivi à l’horizon 2015 en vue d’assurer une dynamique et une continuité du processus. Cette deuxième conférence-projet sera précédée par l’organisation « d’Ateliers de l’UpM » adoptant la même perspective régionale et multi-acteurs. Les domaines clés visés seront la création d’emploi, la création de valeur dans les activités d’artisanat, la promotion de tourisme durable, l’économie sociale et solidaire, l’éducation et la formation professionnelle, et l’accès des femmes aux positions de responsabilité. La prochaine Conférence ministérielles Femmes de l’UpM se tiendra, quant à elle, en 2016.
 
La mobilisation et les résultats opérationnels importants qui ont résulté de cette Conférence ont fait de cette rencontre un véritable succès.

- Multi-pays -
Date de mise à jour : 08/04/2014