Vous êtes ici

Conférence « La Mer Méditerranée, coupure ou couture ? »

photo_22_oct.png
©DiMed
22/10/2014
En sa qualité de point de contact du programme européen ESPON en France, le Réseau Interdisciplinaire pour l’Aménagement du Territoire Européen (RIATE), en partenariat avec la Délégation interministérielle à la Méditerranée (DiMed), a organisé une journée de valorisation des résultats d’ESPON sur le thème du voisinage méditerranéen, et plus particulièrement sur les résultats du projet « Integrated Territorial Analysis of the Neighbourhoods », dont le chef de file est le Collège International des Sciences du Territoire (CIST).

Le 22 octobre 2014 à l’Hôtel de l’industrie, place Saint Germain des Prés, à Paris, la conférence « Mer méditerranée : coupure ou couture ? » s’est tenue avec pour but d’analyser le cadre et les obstacles des coopérations des deux rives de la Méditerranée. L’objectif était ainsi de relever les outils et bonnes pratiques à destination des acteurs travaillant en Méditerranée. La conférence s’est organisée autour de cinq tables rondes : Transport et Développement urbain ; Environnement et Eau ; Agriculture et Sécurité alimentaire ; Energie ; Migration.
 
ESPON ITAN est un projet européen à visée pédagogique et sensibilise les décideurs européens aux intérêts des voisinages à travers des cartes et analyses des enjeux territoriaux de la coopération avec les pays méditerranéens, ou encore sur la nécessité d’intégrer des informations sur ces pays dans les bases de données européennes. La DiMed s’associe à l’organisation de cette conférence qui s’inscrit dans sa volonté de faire émerger la « Méditerranée de projets » voulue par le Président de la République.
 
Durant cette conférence, deux responsables de la DiMed ont pris la parole, Antoine-Tristan MOCILNIKAR, Responsable Énergie, Infrastructures et Numérique et Henri-Luc THIBAULT, Responsable Agriculture, Sécurité alimentaire, Espaces ruraux et Économie verte. Au-delà des intervenants de la DiMed, différents intervenants issus du monde la recherche se sont exprimé lors cette conférence sur différentes thématiques. Christine ZANIN, Directrice d’UMS RIATE ; Pierre BECKOUCHE, Coordinateur du projet et enseignant-chercheur à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne ; Xavier MOIROUX de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise ; Fadi COMAIR, Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques au Ministère de l’Energie et de l’Eau du Liban ; Pascal BERGERET, Directeur de l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier ; Houda ALLAL, Directrice Générale de l’Observatoire Méditerranéen de l’Energie et Serge WEBER, Maitre de conférences de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée.
 
L’action de la France et de l’Union européenne en Méditerranée
 
La DiMed s’implique pour le développement d’un travail conjoint entre les chercheurs et l’administration sur ces questions complexes. « A la DiMed, nous avons une vision opérationnelle, nous cherchons notamment à identifier les recommandations pertinentes issues du monde de la recherche », a indiqué Antoine-Tristan MOCILNIKAR lors de son intervention. Par ailleurs, il a expliqué l’importance des partenariats afin d’accroitre la compétitivité des deux rives : « Le détroit de Gibraltar ne sépare les deux rives que de 16km mais il symbolise un écart considérable entre le Nord et le Sud. La France et l’Europe se doivent de regarder vers l’est et le sud. Nous avons déjà réussi à construire une dynamique est-ouest forte en Europe, renforçant la compétitivité, il convient de renforcer nos efforts en Méditerranée. Ce territoire peut être une formidable source d’opportunité ».
 
Henri-Luc THIBAULT, Responsable Agriculture, Sécurité alimentaire, Espaces ruraux et Économie verte, a démontré l’importance de l’intégration euro-méditerranéenne : « Il faut croire à une plus grande intégration régionale d’un point de vue démographique et économique. L’Union européenne à 28 pays représente 500 millions d’habitants et 800 millions avec le Sud. On estime le nombre d’habitants de cette zone à un milliard en 2050 ». Il a par ailleurs dégagé trois exigences principales : « Dans cette zone, il y a trois exigences, qui sont la satisfaction les besoins essentiels des populations notamment sur le plan alimentaire et énergétique, gérer de façon collective nos biens communs, ce qui posera la question de la participation de chacun à ce partage et la convergence des politiques sectorielles et de la politique macro-économique ».
 
Différents ateliers thématiques
 
Les intervenants ont abordé cinq thèmes lors des ateliers :

  • Transport/Développement urbain. Xavier MOIROUX de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise, a rappelé l’importance des pays du Sud dans le système portuaire. Les ports permettent de faire le lien entre les deux rives et favorisent le commerce Nord-Sud ainsi que le trafic de marchandises.
  • Environnement/Eau. Fadi COMAIR, Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques au Ministère de l’Energie et de l’Eau du Liban, a insisté sur l’importance de projets communs profitables à l’ensemble des parties, sur des territoires de stress hydraulique comme le bassin du Jourdain, sur le Tigre et l’Euphrate et le bassin du Nil. 
  • Agriculture/Sécurité alimentaire. Pascal BERGERET, Directeur de l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier, s’est intéressé à la croissance démographique et aux futurs besoins alimentaires, ainsi qu’à la qualité des aliments produits sur les deux rives de la Méditerranée.
  • Energie. Houda ALLAL, Directrice Générale de l’Observatoire Méditerranéen de l’Energie, a insisté sur le besoin d’investissement dans ce secteur, notamment dans les pays du Sud qui vivent une croissance démographique bien supérieure à celle de l’Europe.
  • Migrations. Serge WEBER, Maitre de conférences à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, a notamment abordé la question du changement climatique et des réfugiés dans le monde.

 
Ces ateliers ont été précédés par une introduction de Christine ZANIN, Directrice de l’UMS RIATE et de Pierre BECKOUCHE, Coordinateur du projet et enseignant-chercheur à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne.
 
 

France
Date de mise à jour : 14/11/2014