Vous êtes ici

Plan Solaire Méditerranéen

panneaux-solaires-espagne-energie-thermique_pics_809_credit_jdd.jpg
Crédit © JDD
Initiative phare de l'Union pour la Méditerranée, le Plan Solaire Méditerranéen est une formidable illustration de la Méditerranée de projets.

Contexte
 
La coopération méditerranéenne permet de relever les défis énergétiques d’aujourd’hui et de demain. Avant 2008, le secteur des énergies renouvelables était peu développé en Méditerranée  Sud et Est. Le Plan Solaire Méditerranéen (PSM) est une des innovations clés apportées par l’Union pour la Méditerranée (UpM). Le projet de PSM a été approuvé lors du Sommet de Paris pour la Méditerranée, le 13 juillet 2008. Il concerne toutes les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.
 
Objectifs
 
Afin de pourvoir aux besoins des populations et des entreprises, les objectifs sont :

  • La construction, d’ici à 2020, de 20 000 mégawatts (MW) de capacités additionnelles de production d’électricité renouvelable au Sud et à l’Est de la Méditerranée (dans les domaines du solaire, de l’éolien, de l’hydraulique ou de la biomasse)
  • Le développement de lignes d’interconnexion électriques entre les pays. L'interconnexion entre les pays permet la mise en commun des sources d'énergie. Cela engendre une réduction globale des investissements et des coûts d'exploitation.
  • Le renforcement de l’efficacité énergétique dans la zone.

 
Mise en œuvre
 
Le PSM est fondé sur les principes de co-développement et s’appuie sur le renforcement de filières industrielles locales.
 
Le PSM a un coût en investissement situé dans une fourchette de 38 à 46 Mds € d'ici à 2020 (selon le rapport de l’Inspection générale des finances de mai 2009). Cela correspond à plus de 40 000 emplois sur 10 ans, dont plus de 25 000 sur les rives Sud et Est de la Méditerranée.
 
Le PSM est un premier jalon de la futur Communauté méditerranéenne de l’énergie, sujet abordé pour la première fois à la conférence ministérielle de l'énergie du 11 décembre 2013.
 
Créations de 4 centrales :
 
Depuis 2008, trois centrales combinant gaz et usage thermique du soleil (centrale thermosolaire à cycle combiné intégré) ont vu le jour. Ces 3 centrales comptabilisent pour 70 MW d’énergie solaire.

  • Au Maroc, la centrale thermosolaire d’Ain Beni Mathar (mai 2010)
  • En Egypte, la centrale de Kuraymat (juillet 2011)
  • En Algérie, la centrale construite près de Hassi R'Mel  (juillet 2011)

 
La première centrale purement thermosolaire est en cours de construction à Ouarzazate (Maroc). Projet emblématique du PSM, c’est aussi l’un des plus importants au monde. À terme, le complexe d’Ouarzazate devrait atteindre une capacité de 500 MW, soit la production d’électricité nécessaire à la consommation d’une ville de 1,5 million d’habitants. La première tranche en construction a une capacité de 160 MW. La seconde tranche est en cours de définition.
 
De manière opérationnelle, de 2008 à 2012, dans le domaine de l'éolien, on note la construction de 2 200 MW. Cela correspond à 6 000 emplois sur une période de 4 ans dont la moitié dans le sud et l’est de la Méditerranée.
 
Développement de l’interconnexion :
 
Huit projets d’interconnexion reliant les deux rives de la Méditerranée sont identifiés, par exemple : les nouvelles interconnexions  entre l’Algérie et l’Italie, entre la Tunisie et la Sicile, entre la Libye, l’Egypte et la Grèce…
 
Enfin, dans le domaine du développement des filières industrielles, trois consortiums se sont créés :
 

  • En 2009, est créé DESERTEC Industrial Initiative (Dii), consortium d’industriels centré sur la production d'électricité solaire et basé à Munich.
    • Il se fonde sur une vision globale qui prévoit un approvisionnement énergétique durable d'une grande partie du monde à travers l'exploitation du potentiel énergétique des déserts.
    • Dii est un consortium industriel privé qui travaille sur la création de conditions favorables à une mise en œuvre rapide de ce concept en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.
  • En 2010, est créé le consortium MedGrid, Réseaux électriques en Méditerranée, basé à Paris. Trois études sont en cours de réalisation pours les corridors électriques Ouest, Centre et Est.
  • En 2012, est créé MED-TSO, association des gestionnaires des réseaux électriques méditerranéens, basée à Milan.
Date de mise à jour : 11/12/2013